• 2 Juin 2017

    Conception, l'imagination sans contrefaçon - Le Moniteur

    Pour nourrir leurs projets, et ce depuis toujours, les architectes s'inspirent à des degrés divers des oeuvres de leurs prédécesseurs.

  • 20 Mars 2017

    Le Comité Orwell de Natacha Polony rattrapé par les ayants droit de l'écrivain - Libération

    Fondé en 2016 par plusieurs journalistes, le Comité Orwell, qui porte des idées souverainistes, lance une web TV. Une nouvelle exposition parvenue aux ayants droit de l'auteur de «1984», qui pourraient bien obtenir un changement de nom du comité.

    Par Amaelle Guiton et Frantz Durupt

    Disponible ici

  • 9 Février 2017

    Classification des films : le sexe non simulé n'est plus un critère - Libération

    Un décret met fin à l’interdiction systématique aux moins de 18 ans des films comportant des scènes de sexe réel, afin d’affiner leur évaluation et limiter les recours abusifs.

    Disponible ici

  • 14 Octobre 2016

    LES MATOUS HILARES MIS À L'AMENDE

    L'artiste de rue M. Chat a été condamné jeudi à 500 euros d'amende pour avoir dessiné des chats, des oiseaux et des roses sur des panneaux à la Gare du Nord.

    Par Frédérique Roussel et AFP

    Disponible ici

  • 13 Octobre 2016

    L’artiste M. Chat condamné à une amende plutôt qu’à la prison - Le Monde

    Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi le street-artiste Thoma Vuille à 500 euros d’amende.

    Disponible ici

  • 6 Novembre 2015

    Art : la censure vandale - Libération

    De «Piss Christ» d’Andres Serrano à «Dirty Corner» d’Anish Kapoor, les atteintes aux œuvres sont en hausse. Les créateurs revendiquent leur liberté de provoquer.

    Disponible ici

  • 28 Octobre 2015

    Que va-t-il se passer lorsque «Mein Kampf» va entrer dans le domaine public ? - Libération

    Le 1er janvier, n’importe quel éditeur pourra le proposer légalement et librement le texte antisémite. Cela signifie-t-il pour autant qu'il pourra être diffusé partout et sans conditions ?

    Par Johanna Luyssen

    Disponible ici

  • 8 Octobre 2015

    ANNE FRANK : BATAILLE DE DROITS POSTHUME - Libération

    Le «Journal» rédigé par l’adolescente morte en 1945 doit entrer dans le domaine public le 1er janvier. Ce que contestent ses ayants droit.

    Par Johanna Luyssen et Amaelle Guiton

    Disponible ici

     

  • 18 Septembre 2015

    ANISH KAPOOR «VEUT CACHER LES BLESSURES» - Libération

    Les inscriptions sur «Dirty Corner», l'œuvre monumentale de l'artiste britannique, exposée dans le parc du château de Versailles, vont être dissimulées dans les prochains jours.

    Par Frédérique Roussel

    Disponible ici

     

  • 7 Septembre 2015

    Peut-on laisser des injures antisémites sur une œuvre sans tomber sous le coup de la loi ? - Libération

    L'artiste Anish Kapoor a décidé qu'il ne laverait pas son «Dirty Corner», exposé dans les jardins du château de Versailles, des insultes antisémites qui l'ont souillé. Mais peut-on exposer de tels propos dans un lieu public ?

    Par Sonya Faure

    Disponible ici

  • 20 Juin 2015

    AVANT KAPOOR ET MCCARTHY : FLORILÈGE DU VANDALISME FRANÇAIS SUR LES ŒUVRES D'ART - Libération

    Par Julien Gester et Johanna Luyssen

    La dégradation d’œuvres n'est pas seulement l'apanage des intégristes, notamment catholiques. Retour sur quatre affaires emblématiques.

    Disponible ici

     

  • 7 Mai 2015

    FISHEYE MAGAZINE - " La censure progresse depuis l'attentat à Charlie Hebdo"

  • 14 Janvier 2015

    La liberté d’expression sous pression

    L’équilibre entre le droit à une parole libre et le respect des croyances religieuses est en perpétuel ajustement. En France, la loi pose des bornes pour interdire les discours de haine et l’apologie du terrorisme.

    Par Sonya Faure

    Disponible ici

  • 1 Décembre 2014

    Contre la censure - Libération

    Par Eric Loret

    Disponible ici

  • 20 Janvier 2014

    Sur l'affaire Dieudonné

    Voici les liens avec les différentes interviews que j'ai données entre le 6 et le 11 janvier 2014, les débats ou émissions auxquelles j'ai participé :

    * Libération ici
    * L'humanité ici
    * Le Figaro ici
    * Le nouvel observateur ici
    * France 24, chez Vanessa Burggraf ici et ici
    * 98,5 fm à Montréal : Paul Arcand ici

  • 9 Janvier 2014

    Spectacles de Dieudonné : «L’interdiction préalable crée un effet pervers» - Libération

    Par Sylvain Mouillard

    Disponible ici

  • 7 Juin 2012

    L'image impossible - Les Inrocks

    Par Claire Moulène

  • 1 Juin 2012

    Mais à qui est donc l'oeuvre d'art ? Arts Magazine

    À son acquéreur ? À son créateur ? Curieusement, la question n'est pas si simple. La preuve avec quelques affaires phrares.

    Par Marie Zawisra

  • 1 Janvier 2012

    Voix pour le design graphique - Étapes

    Interview pour le n° 200 pour la revue Étapes

  • 21 Novembre 2011

    REDIGI, un modèle parasitaire - Rue 89

    Depuis un mois, une start-up américaine propose un marché d’occasion pour les MP3 achetés sur le Web. L’industrie du disque part en guerre.

    Par Aurélie Champagne

     Disponible ici

  • 29 Septembre 2011

    Contre le plagiat - Rue89


    « C'est pas du plagiat, c'est… » : huit défenses de mauvaise foi

    Par Aurélie Champagne 

    « Une connerie », « un clin d'œil »… PPDA, Houellebecq et aujourd'hui Macé-Scaron reproduisent les mêmes mauvaises explications.
    Le plagiat est « un vol de mots ». Hélène Maurel-Indart, auteure « Du Plagiat », est une spécialiste de la question en littérature. Elle rappelle qu'aux yeux du code de la propriété intellectuelle, « les idées sont de libres parcours ». Les questions de plagiat ne portent donc que sur l'expression et la composition d'une œuvre.

    Agnès Tricoire, avocate spécialisée dans la propriété intellectuelle et auteure d'un « Petit traité de la liberté de création », rappelle qu'on peut emprunter sans plagier :

    « Il faut que la citation soit courte, qu'il y ait le nom de l'auteur et que la source soit citée. Si ce n'est pas de la citation, c'est de la reproduction. »

    Le plus souvent, explique l'avocate, la peine encourue a un rapport direct entre la notoriété du plagiaire. En 1993, Thierry Ardisson en fit les frais avec « Pondichéry ». Le roman fut envoyé au pilon pour avoir plagié deux ouvrages.

    « C'est pas du plagiat, c'était pas de l'art »

    Me Tricoire :

    « D'abord, la plupart des plagiaires essaient de montrer que l'emprunt n'a pas été fait sur une œuvre d'art.

    Mais les juges n'aiment pas ça. Le plus souvent, le fait d'essayer de dévaloriser l'œuvre originale montre leur mauvaise foi. »

    « C'est une connerie »

    La « connerie » a été la première explication de Joseph Macé-Scaron, lorsque Acrimed et Arrêt sur images ont fait savoir que son roman « Ticket d'entrée » reprenait plusieurs extraits d'« American rigolos » de Bill Bryson. Des étapes de travail de son roman se seraient retrouvées « par inadvertance » dans la version publiée.

    Le mot « connerie », fait écho à « l'erreur » alléguée l'année dernière par les Editions Arthaud après la parution de la biographie de PPDA, « Hemingway, la vie jusqu'à l'excès ».

    A l'époque, l'éditeur avait présenté ses excuses à l'auteur et aux journalistes destinataires de l'ouvrage :

    « Les Editions Arthaud tiennent à préciser que le texte imprimé, qui a été diffusé par erreur à la presse en décembre, était une version de travail provisoire. Elle ne correspond pas à la version définitive validée par l'auteur. »

    Me Tricoire « n'imagine pas une seconde qu'un éditeur puisse se tromper dans la version qu'il publie ». Pour l'avocate, la première réponse de Joseph Macé-Scaron sonne comme un aveu :

    « Dire que c'est une connerie, c'est reconnaître sa faute ; »

    « C'est de l'intertextualité »

    Joseph Macé-Scaron n'a pas été le premier à évoquer l'intertexualité, selon lui « un classique de la littérature ». On doit cette notion à Gérard Genette. Or, chez lui, elle désigne justement toutes les formes d'emprunts, allant de la citation au plagiat.

    « Et puis attention », poursuit Me Tricoire, « l'intertextualité est une théorie littéraire. Ça n'est certainement pas dans la bouche de Genette qu'on trouvera une autorisation juridique de plagier. »

    « Montaigne l'a fait »

    « Même si je n'ai pas la prétention de me mettre à la hauteur des grands auteurs. Il y a par exemple chez Montaigne 400 passages empruntés à Plutarque… », déclarait Joseph Macé-Scaron. Mais Montaigne cite Plutarque à 88 reprises dans les « Essais », rappelle l'Express.

    Hélène Maurel-Indart :

    « Primo, Montaigne écrit pour un nombre de lecteurs extrêmement restreint, pétris de culture et baignés par l'univers de Plutarque.

    Deuxio, jusqu'au XVIIIe siècle, il y a une tradition de la création littéraire par l'imitation. L'écrivain n'a de légitimité que sous l'autorité des emprunts aux Anciens. »

    Pour Me Tricoire, « citer Montaigne aujourd'hui, c'est oublier qu'il y a eu entre temps la révolution et l'invention du droit d'auteur. C'est régressif et malhonnête ».

    « Tout le monde le fait ! »

    Joseph Macé-Scaron dans Libération :

    « J'utilise et réutilise des textes d'écrivains pour lesquels je nourris une grande admiration, c'est un procédé littéraire classique. »

    « Absolument faux », s'agace Me Tricoire.

    « Il y a peut-être une recrudescence mais tout le monde ne fait pas ça. La plupart des écrivains ne font pas de plagiat. Ça tend à essayer de jeter opprobre sur toute une profession. »

    « C'est un clin d'œil »

    « Avant, en littérature, quand il y avait un clin d'œil, on applaudissait, aujourd'hui on tombe à bras raccourcis sur l'auteur […]. Et les emprunts, cela devient un crime, un blasphème », regrettait Joseph Macé-Scaron auprès de l'AFP.

    Pour Me Tricoire, « un clin d'œil n'a jamais été la reprise de paragraphe entier. C'est un signe d'amitié entre deux œuvres ». Quand un auteur ne donne aucun accès à l'œuvre empruntée en la citant, son texte retombe dans la contrefaçon.

    « Je ne plagie pas, je copie-colle »

    Michel Houellebecq, pour « La Carte et le territoire » avait été accusé d'avoir recopié une page de Wikipedia, et une autre du ministère de l'Intérieur. Sur le coup, Flammarion avait formulé une réponse légaliste :

    « Michel Houellebecq utilise effectivement les notices et sites officiels comme matériau littéraire brut pour parfois les intégrer dans ces romans après les avoir retravaillés. Si certaines reprises peuvent apparaître telles quelles “mot pour mot”, il ne peut s'agir que de très courtes citations qui sont en tout état de cause totalement insusceptibles de constituer un quelconque plagiat, ce qui constituerait une accusation très grave. »

    Pour Hélène Maurel-Indart, « l'emprunt créatif » est très différent de « l'emprunt servile », qui multiplie les reprises littérales. « Toute écriture est toujours un travail de réécriture », admet-elle.

    « Par exemple, un auteur comme Perec est dans un jeu avec le lecteur. Il faut toujours voir si l'emprunt correspond à une esthétique. »

    « J'assume (et je vous emmerde) »

    L'année dernière, le phénomène adolescent allemand, Hélène Hegermann, auteur de « Axolotl Roadkill » répondait aux accusations de plagiat par le droit à l'emprunt :

    « Je me sers partout où je peux trouver de l'inspiration et des choses qui me stimulent : films, musique, livres, peintures, photos, conversations, rêves. Peu importe où je prends les choses. Ce qui importe, c'est où je les porte. »

    Dire « c'est ma liberté d'artiste » ne tient pas la route aux yeux de Me Tricoire :

    « Il y a toute une nouvelle mythologie d'Internet qui laisse penser que les contenus sont libres. Ça devient un problème de société qui dépasse d'ailleurs le champ littéraire.

    L'accès au contenu n'autorise pas les emprunts. Devant un tribunal, un auteur plagié aura gain de cause. »

    Au final, peu importe la ligne de défense, la contrefaçon n'a jamais tué le contrefacteur. Reconnu coupable ou non, il est peu probable que « Ticket d'entrée » entache la carrière de Joseph Macé-Scaron. Il reste directeur adjoint de Marianne, directeur du Magazine littéraire, grand débatteur du PAF. Et – cerise sur le CV –, c'est aussi à lui que l'on doit la création du prix du Pastiche.

  • 26 Mars 2011

    La vraie vie est un roman - Libération

    Les personnages étant fictifs, toute ressemblance serait fortuite. Parfois, elle ne l’est pas et finit en justice. Tenté par l’autofiction, notre rédacteur en a débusqué tous les pièges. Ce que ne firent pas Zola, Simenon, Desplechin…

    Par Edouard Launet.

    Disponible ici

  • 10 Novembre 2010

    L'affaire Larry Clark et les errements de la mairie de Paris - l'Express

    Par Ornella Lamberti

    Disponible ici

  • 9 Juillet 2009

    Orelsan défendu par la ligue des droits de l'Homme - Libération

    Depuis début juin, il est impossible de trouver à Paris l'album du rappeur dans les bacs des bibliothèques et médiathèques municipales. Une «censure», selon la LDH.

    Disponible ici

  • 10 Juin 2009

    Entretien : “La Loi ne définit pas ce qu’est la pornographie” - Les Inrocks

    Alors que les commissaires de l’exposition Présumés innocents risquent trois ans d’emprisonnement pour “diffusion d’images pornographiques”, une avocate revient sur les dangers de la censure.

    Par Claire Moulène

    disponible ici

  • 18 Mars 2009

    La loi peut-elle juger l’art ? Les Inrocks

    A Bordeaux, une exposition et une table ronde avec de jeunes magistrats pour faire le point sur les relations houleuses qu’entretiennent l’art et la loi.

    Par Claire Moulène

    Disponible ici

     

  • 17 Novembre 2008

    Bettina Rheims, la photo copie - Libération

    Par Edouard Launet 

    Disponible ici



     

  • 9 Octobre 2007

    Vandalisme : J'ai juste fait un bisou - Libération

    Sur l'affaire du vandalisme de la toile de Cy Twombly à Avignon,

    Disponible ici

  • 30 Décembre 2006

    Le droit doit englober l'art de son temps - Libération

    Interview par Edouard Launet.

    Disponible ici

  • 14 Décembre 2000

    Un Pacs n'est pas un testament

    Les fiches de la chancellerie étaient fausses.

    Par Blandine GROSJEAN

    Disponible ici

  • 5 Décembre 2000

    Canal + : la justice accepte les CDD à répétition

    De Greef est relaxé après plainte pour contrats abusifs.

    Par Marie-Joëlle Gros

    Disponible ici

  • 10 Février 2000

    FRAC AU BORD DE LA CRISE DE NERFS - Libération

    Par Elisabeth LEBOVICI et Bruno MASI

    Disponible ici

  • 6 Juin 1999

    GAY PRIDE. «La diffamation doit être punie» - Libération

    L'avocate Agnès Tricoire veut une loi pour lutter contre les propos homophobes.

    Par Elisabeth LEBOVICI 

    Disponible ici

  • 6 Décembre 1995

    LE CAMION DE BUSTAMANTE DANS LE PRÉTOIRE. L'ARTISTE ATTAQUE LA MAIRIE POUR «VOIE DE FAIT» APRÈS L'ANNULATION DE SON EXPOSITION - Libération