interventions, débats, conférences :

Vie privée versus fiction

Sur l’affaire Dieudonné

Tous au Mac Val ce WE !

L’oeuvre de l’esprit en question(s), un exercice de qualification

Participation à Service public (France Inter)

la commande publique et le droit d’auteur

Table ronde au Festival Latitudes Contemporaines

Conférence à la cité de la BD d’Angoulême

Débat sur le plagiat au salon du livre

Conférence sur la censure dans l’art

Colloque BPI 28 11 2011 sur la censure dans le monde littéraire

Expo BPI : Editeurs, les lois du métier

Débat le 28 11 2011 sur l’Artist Pension Trust organisé par la Maison Rouge

Séminaire littérature et censure (ITEM ENS)

Débat rencontre à la Sorbonne (CERAP)

Participation au colloque "Immoralité littéraire et ses juges"

Débat télévisé avec Bernard Debré chez Daniel Picouly

Conférence le 15 mars à l’ENS avec Pierre Marc de Biasi

23 novembre : débat à Paris 1 sur le nu

Metropolis / Larry clark

Colloque sur le droit d’auteur à Pékin

Participation à l’émission Procès Verbal sur France Inter

Participation à une table ronde sur la censure

Quand l’art trouble l’ordre public - 26 mars 2010

Conférence sur le droit d’auteur dans les dispositifs artistiques prenant en compte les mise en oeuvre du spectateur - Programme de Recherche "Praticables" - MESHS LILLE 12 mars 2010

censure/autocensure dans les arts plastiques une séance des « Actualités critiques » de l’Aica France Palais de Tokyo salle noire, le 5 mars 2010 à 18 heures

Séminaire sur la liberté d’expression et de création - Plateforme non gouvernementale EUROMED à Istanbul, les 18 et 19 décembre 2009

journée professionelle le 24 novembre 2009 : la bande dessinée dans l’univers numérique

journée professionelle le 24 novembre 2009 : la bande dessinée dans l’univers numérique

Rencontre le 15 octobre 2009 : la liberté de création littéraire et l’exception de fiction

Colloque mac Val les 15 et 16 mai 2009 : date limite de conservation

Revue Mouvements, 19 novembre 2008, Justice, presse et médias : de Zola à Outreau

Débat le 28 11 2011 sur l’Artist Pension Trust organisé par la Maison Rouge


Artist Pension Trust : l’art contemporain, un instrument financier comme un autre ? une table ronde modérée par Gaël Charbau , un événement Maison Rouge hors les murs au cinéma le nouvel odéon (paris 6e)
lundi 28 novembre 2011 à 18h30
Participants : Stéphane Corréard (expert en art contemporain), Florence Derieux (directrice du FRAC Champagne-Ardenne), Fabienne Leclerc (directrice de la Galerie In-Situ), Mathieu Mercier (artiste), Tristan Trémeau (critique et historien de l’art), Agnès Tricoire (avocat, spécialiste en propriété intellectuelle).

En 2003, Moti Shniberg, un jeune homme d’affaires collectionneur installé à New York, constate que les artistes, dont la situation est souvent précaire et les revenus irréguliers, ne sont pas en mesure de faire des placements financiers pour sécuriser leur retraite. L’évolution de la valeur de leurs œuvres est imprévisible dans le temps et leur progression de carrière incertaine.
Shniberg décide alors de créer Mutual Art Services Inc., une entreprise initialement dédiée au développement de nouveaux services financiers pour le monde de l’art. C’est dans ce cadre et après s’être associé avec son ancien professeur Dan Galai, expert en risques et diversifications des portefeuilles d’actions, que naît en 2004 l’Artist Pension Trust. Ce trust vise à offrir aux artistes qui en font partie la possibilité d’accéder à un placement à long terme présenté comme sûr et ne nécessitant aucun investissement financier : ce sont en effet leurs œuvres d’art qui sont placées et non de l’argent, à raison de vingt œuvres par artiste sur vingt ans.
Le système mis en place repose sur le partage mutualiste. Lorsqu’une œuvre -cédée par un artiste au fond- est vendue, l’argent se répartit de la manière suivante : 40% à l’artiste créateur de l’œuvre, 32% à l’ensemble des artistes du fond, 28 % pour APT.
Installée dans les Iles Vierges Britanniques, la Holding de Moti Shniberg soulève toutefois de nombreuses questions et inquiétudes dans le monde de l’art. Avec près de 1400 artistes participant aujourd’hui au programme et 106 « curators » reconnus sur les différentes scènes artistiques, qui jouent le rôle de conseillers pour le fond en recrutant ces artistes, APT vise à constituer, en 20 ans, la plus grande collection d’art contemporain au monde, avec près de 60000 œuvres. En plus des possibles problèmes de conflits d’intérêts liant des employés d’institutions publiques à un grand opérateur privé, APT deviendrait alors l’entité la plus importante et la plus influente du monde de l’art d’aujourd’hui...

Cinéma Le Nouvel Odéon,
6 rue de l’école de Médecine
Paris 6e

entrée libre, sur réservation : reservation@lamaisonrouge.org

création graphique : collectif Au fond à gauche - motorisé par SPIP - Tous droits réservés pour les textes et les images